accessibilité | contenu | menu
 
pas encore enregistré ? Inscription | mot de passe oublié ? | Aide
mon compte   connect
Ecrits Psy    

Écrits Psy

“ Le monstre ”

Un, deux trois, quatre, cinq...Un deux, trois, quatre, cinq...
Et le numéro six? Je ne l' aperçois pas, si seulement il n' existait pas, s'il était à exclure... Et si et si et si...

Ce n'est certainement pas avec des si que le monde va changer! Je hais cet univers composé de chiffres bien définis, cadré de couleurs distinctes qui repoussent peu à peu la limite humaine.

Cinq, c'est le nombre de mes doigts. Je beau les recompter, je calcule toujours le même résultat! Vous imaginez un peu, quelle horrible absurdité!
Ca y est, des larmes commencent à monter, Il ne faut pas qu'elles sortent, surtout, il faut les retenir.


De plus, je suis forte et je ne pleurerai pas, même si je suis monstrueuse. Les autres, il faut en avoir rien à cirer si on veut vivre. J'ai cinq doigts, et puis après?Ce n'est pas la fin du monde! C'est juste totalement repoussant...

Les gens n'ont qu'a pas me regarder si je les dérange tant que ça et c' est du reste ce que la plupart font.

Depuis que je suis venue au monde, mon entourage m'a toujours considérée avec horreur. Les personnes ont six doigts et non pas cinq!



Il m 'en manque donc juste un pour cesser de souffrir. Si seulement je pouvais être conforme, ainsi je serais fondue dans l' illusion d'une fille banale. Qu'est ce qu'ils imaginent ces gens dont la beauté coule de source? Ils se rattachent à l'image de leur reflet rassurant, projetant leur haine sur ma différence. Je les observe de loin, sachant que ma présence les importune.


Cependant, regardons le côté positif car le noir n' existant pas sans son contraire, j'ai le pouvoir de leur montrer, de leur donner conscience de ce qu'ils sont. Regroupés en troupeaux solidaires, apeurés de me ressembler, ils puisent leurs forces dans leur puits de conformité.

J'ai fais un rêve. Un jour, je deviendrai reine, porte parole d'une justice inégalée, robotisés, hommes, femmes et enfants avanceront doucement vers une future humanité. Leurs cerveaux s' uniront afin de comprendre la fragile norme d'une moyenne qui semble s' approcher de l'absurdité...

Néanmoins,ma naïve foi, me pousse à croire qu'un peuple, assoiffé d'une haine commune qui le tranquillise, sera capable d'acquérir un discernement proche de la réalité, près de ce qu 'il nomme la marginalité.

L' utopie d'un monde à part vivant en béatitude auprès d' une masse non calcinée est mon espérance et souveraine d'une philosophie décalée, j' utiliserai ma faiblesse pour renforcer le droit à la dignité.

Alors que j 'observe machinalement mes horribles doigts, voilà que j' aperçois Yasmina,
l' affreuse.

C'est une ensorceleuse, une vielle qui exauce les voeux les plus absurdes.
C'est vers elle que je me dirige d'un pas ferme. Yasmina me donnera la beauté.

- Que veux-tu, mon enfant? dit la sorcière.

- Je veux six doigts. lui dis-je

- Aucun problème, cependant rien n'est gratuit. Je souhaite que tu me donne la meilleure de tes vertus en échange avec impossibilité de rompre le contrat à moins que tu ne me prouve ta bravoure avec héroïsme. A la prochaine pleine lune, ton souhait se réalisera.

C'est ainsi que j' accepte ce pacte machiavélique.

Alors que je rentre chez moi, j' aperçois un jeune garçon ligoté à un poteau, nommé Paul le fou. Je lui demande alors la raison d'une telle punition.

- C'est par-ce que j'ai perdu la raison et que je refuse de me laisser soigner, aide-moi!
s' exclame le garçon.

Sans réflexion, je le libère de ses liens et je lui demande les raisons qui le poussent à ne pas vouloir guérir.

- Je suis utile, Je préfère souffrir par sacrifice. Grâce à moi, les sains d' esprits savent qu'ils le sont! J' offre une nouvelle vision du monde, un éclaircissement qui assombrit les cerveaux!

La nuit, commençant à tomber, je me rend compte que c'est la pleine lune.
Je regarde alors avec émerveillement mes sixièmes doigts qui commencent à pousser.

Paul le fou me félicite alors sur ma nouvelle apparence.

- Ta singulière, beauté m' interpelle! Il n'y a nul pour te concurrencer!

Tout à coups, je me surprends à ne plus supporter les bavardages du jeune homme.

Je lui rétorque:
- Si tu continus tes remarques, je te ligote à nouveau,espèce de cinglé!
Désormais, je suis une autre Sophie, sûr d'elle même, les médisances d'un aliéné me laisse indifférente. Je lui réponds d'une façon hautaine.

- Je sais quelle vertu, la vielle Yasmina t' a dérobé...me dit il calmement.

- Vas- t-en, vas te faire soigner! Je lui crache alors, pleine de mépris.

- Voilà justement pourquoi j' étais ligoté à un poteau, je suis fou. me dit-il.

Croyez-vous en la capacité d' ensevelir un autre soi, d' éprouver la sensation sordide qu'un autre être grandit en vous et semble vouloir vous remplacer?
Cette trouble expérience, je la vis actuellement.D'une fille à la sagesse contrôlable, je suis en train de devenir subitement la proie de ma deuxième personne, me sentant ainsi capturée.C'est alors que débute mon terrifiant parcours , dont sa simple évocation semble encore choquer les malheureux qui ont malencontreusement croisé mon regard...

Douce et respectueuse, obéissante et dévouée à mes semblables, j' étais soumise à cette société qui m' emprisonnait chaque jour un peu plus dans l' enfer de mon silence.
Peu à peu, germa en moi ce ver solitaire et malsain, célèbre de noirceur, que le monde nomme Cécilia.

Cécilia...

Dont les yeux bleus océans d 'auparavant laissent brusquement place aux pupilles rouges. Hémoglobine. Tel est devenue la couleur de mes yeux.

Le mystère de ma métamorphose reste à l'heure actuelle un point d' interrogation, chacun de mes congénères cherche une explication mais toujours en vain.

Expulsée au dehors de moi-même,je suis devenue une créature qui semble ne répondre qu'a ses instincts.

- Où se cache donc la douce demoiselle remplie de bonté? se demande chacun avec nostalgie.

- Je me vengerai... je réponds sans cesse. Je vous exterminerai tous, vermines!

Alors que je semble déterminée à détruire mon entourage, Paul le fou se cachant dans la foule, vient en ma direction et tente ceci:

- Nous te préférions avant, reviens...

- Je réalise enfin mon rêve de pouvoir. Je n'ai nul envie de rebrousser chemin, enfin, tu me respecte , société! je m' écrie alors d'une voix rauque.

Affolés, les individus courent alors à âmes perdues tandis que moi, hystérique, je leurs lance des gouttes d' acide rouge qui jaillissaient de mes yeux. C'est un massacre.

Puis, heureuse du résultat obtenu, je rebrousse chemin pour m' enfuir à l' horizon.

C'est alors que Paul le fou me suit discrètement tout en m' observant attentivement.
Ce que le jeune homme aperçoit est un spectacle sans pareil.

Alors qu' un petit hérisson blessé gémit au bord de la route, moi, les yeux rouges vifs, je passe mon chemin. Subitement, je m'arrête de marcher et je fais demi tour.
Paul le fou observant la scène de loin voit que je saisis délicatement le pauvre animal pour lui donner un peu d'eau.

Il peut remarqué que la couleur de mes yeux sont redevenus bleus claires, voir transparents. Une larme presque invisible coule sur ma joue.

Le garçon reconnaît aussitôt , celle qu'il avait connu autrefois, Sophie.
C'était le nom je portais avant ma terrible transformation. Il s' écrie malgré lui.

- Sophie!

- Qui a parler? Je t 'interdis de m' approcher! je lance épouvantée.
- Tu peux donc redevenir telle que tu étais avant? dit Paul le fou.

Je m' effondre alors à terre.

- Je ne peux plus faire marche arrière, Cécilia m'a dévorée...Je suis terrifiée, je n'ai aucun contrôle sur elle... Si tu savais comme j'ai peur,Paul!
J'ai souhaité engendrer Cécilia , je le voulais tellement! Maintenant je voudrais m' en débarrasser mais je n'y parviens pas! Je suis deux personnes.

- Si tu essayait non pas de d' effacer Cécilia mais plutôt de la concilier avec Sophie. dit le garçon, peut-être trouvera-tu enfin le bonheur?

- Comment faire? lui dis-je en pleurant.

- Tu dois pour cela accepter que Cécilia existe...


Subitement les larmes me montent aux yeux, prise d'une conscience honteuse, je le regarde, pleine de remords. Je ne veux pas devenir une horrible créature! je culpabilise alors en moi même.

Je retourne donc de ce pas voir l' affreuse Yasmina pour qu'elle me fasse redevenir comme j' étais.

Alors que j' aperçois l' ensorceleuse, celle-ci me dit alors:

- Alors, mon enfant, heureuse du changement?

- Je désire tout annuler, revenir en arrière...lui dis-je en pleurant.
Désormais, je suis prête à accepter ce que le ciel m'a donné et j' emploierai ma force afin de faire valoir justice. Je veux dès cette nuit, exposer au grand jour la beauté de mes doigts car l' enchantement de cette différence me rend belle. Je souhaite acquérir des miroirs par milliers, afin de refléter ce que le monde appelle monstruosité.

- Ceci est impossible, nous avons passé un contrat toi et moi. ricana l' ensorceleuse.

- Dans ce cas,je n'ai plus qu'à accepter que deux personnes vivent à l'intérieur de moi. Je suis forte et je parviendrai à maîtriser Cécilia. Ainsi,responsable de mes actes, je pars en direction d'une vie inconnue, le tout étant de réconcilier mes deux êtres opposés. Trouver un équilibre est mon but et j' y parviendrai. Désormais, armée de courage,je n'ai plus peur. C'est ainsi que je m' en vais en quête d'une vie extraordinaire...


- Attends, reviens! s' exclame Yasmina. Je suis heureuse, d'un discours aussi courageux, ainsi ton coeur me prouve sa bravoure, c'est ainsi, que je veux te rendre ta particularité. Es-tu d'accord?

- Oui,à condition que je n' oublie pas qui j'ai été. Je lui réponds.

Subitement, alors que j' observe mes doigts, je remarque qu'ils ont retrouvés leur aspect initial.

Je vole alors vers l' invisible richesse, tentant d' apercevoir la connaissance, la folie m' ayant ouvert la porte de la conscience, je m' élance...




Publié dans conte, société et contexte, Lien social, Humanisme | Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais publié ni communiqué. Les champs obligatoires sont indiqués par *








Les commentaires sont modérés. Ils n’apparaitront pas tant qu’un modérateur ne les aura pas approuvés.