accessibilité | contenu | menu
 
pas encore enregistré ? Inscription | mot de passe oublié ? | Aide
mon compte   connect
Ecrits Psy    

Écrits Psy

Référence théorique : psychanalyse

“ L'amour vache ”

La tendance antisociale décrite par D. Winnicott permet de porter un autre regard sur la violence conjugale.
L’auteur de violence serait une personne à tendance antisociale qui, ayant investi un objet, cherche à être contenu dans ses pulsions destructrices afin de pouvoir les vivre et ainsi connaître la culpabilité qui permettra de transformer la haine en sollicitude ce qui ouvrira les portes de la créativité. Mais l’objet, s’il n’exerce ni rejet, ni représailles échoue à se protéger. La transformation de la haine ne peut aboutir. Tout se passe comme si la personne à tendance antisociale avait trouvé la mère-objet, objet de haine et d’amour mais pas la mère-environnement, avec une possibilité de relation paisible.
Du côté de la victime, « l’absence de figure maternelle sûre pour recevoir le geste de réparation conduit à une perte de la capacité de sollicitude. Elle est remplacée par des formes primitives de culpabilité et d’angoisse. » Alors que l’enfant allait réaliser l’union de la haine et de l’amour, il régresse et occulte l’aspect destructeur qui devient un point aveugle. Il s’installe dans le don permanent et devient un objet de satisfaction. Il devient contre agressif tout en cherchant à l’extérieur un support de projection pour ses pulsions destructrices.
Dés lors on peut comprendre qu’une personne présentant des tendances destructrices soit psychologiquement une aubaine pour cet ex-enfant : c’est un bon support de projection de ses propres tendances destructrices et il y a de l’avenir pour la sollicitude et le dévouement.
Publié dans Pistes de réflexion, et invites, famille, (psycho)thérapie, psychanalyse | Laisser un commentaire

“ Une théorie des trous ”

Ce texte constitue une deuxième étape dans la tentative de restituer la place et la présence fondamentales du corps dans la psychanalyse. Au cœur de la perception, de l'éprouvé, il est à la naissance du sentiment d'être soi, et ne peut être méconnu ni par les questions relatives à la conscience, ni par la question de l'image de soi, ni par les questions relatives à l'organisation psychique, et donc la formation de la pensée.
Il fait suite au texte sur "le corps de la psychanalyse", et sera suivi par la confrontation avec d'autres notions réflexives que je crois inhérentes à la psychanalyse.
Publié dans théorie, relation au monde, psychopathologie, psychanalyse | Laisser un commentaire

“ Le corps de la psychanalyse ”

Il va s'agir ici d'une série d'articles se suivant dans le cadre d'un même objet: replacer la théorie psychanalytique dans ce qui m'a semblé être la démarche freudienne, pragmatique, concrète, liée à la réalité somatique. Ce qui débouche sur la difficulté de comprendre comment a commencé l'aventure du psychisme et, partant, celle de la pensée.
Ce premier texte regroupe les prolégomènes, avant que j'en vienne, ultérieurement, à aborder d'abord, puis à circonstancier le sujet.
Publié dans théorie, relation au monde, psychopathologie, psychanalyse | Laisser un commentaire

“ Guérison ... question de point de vue ”

Penser la guérison nous amène rapidement à en percevoir toute sa relativité. Cette question nous ouvre alors sur une clinique du singulier pour laquelle la guérison n'a de sens que par ce que nous en dit le malade et ne se réduit plus alors au seul rapport à la mort à venir.
Publié dans clinique, adulte, (psycho)thérapie, psychanalyse | Laisser un commentaire

“ Les fondements de la psychanalyse ”

Les créanciers de la psychanalyse n'ont de cesse de défendre leur boutique, aveugles sur le fait que leur besoin de défendre leur place au marché en fait des négociants ordinaires. La psychanalyse pourtant est d'une autre essence. Initialement conçue comme un dispositif de cure, elle parvint à la surprise de ses fondateurs, à devenir une espace de pensée ouverte où l'acuité des questions importait plus que la stricte aptitude opérationnelle.
Certains des héritiers ne cessent de dilapider l'héritage alors qu'ils ne font qu'appauvrir la pensée et diluer dans le banal ce qui était parvenu à s'en émanciper.
Publié dans théorie, société et contexte, intervention, psychanalyse | Laisser un commentaire

“ Le prix de la reconnaissance ”

L'initiative gouvernementale visant à faciliter, aux personnes touchées par le cancer comme à leur famille, l'accès aux soins psychologiques peut être une occasion parmi d'autre de médicaliser une profession se voulant transversale: celle de psychologue.
Publié dans actualité, institution, psychosomatique, psychanalyse | Réagir | Commentaires fermés

“ Avatars ”

Au nom de la prévention, une tendance veut prédire afin d'éviter la réalisation du risque. Ce qui revient éventuellement à ce que des tiers deviennent des impétrants dans une vie qui n'est pas leur. Le bien générique est volontiers anonyme. Cela va-t-il dans le sens de la constitution d'un soi, propre à chacun, que l'on est en droit de penser son identité?
Publié dans actualité, adolescent, Lien social, psychanalyse | Laisser un commentaire

“ Le leurre de la Douleur ”

La douleur, l’intérêt qu’on lui porte , le sens qu’on lui confère, change, évolue selon les contextes socio-culturels. Aujourd'hui à l’hôpital elle est devenue l’objet de toutes les attentions au point d’exister de façon autonome, comme déconnectée du Sujet de la plainte, de son corps.
Publié dans communication, institution, travail de soin, psychanalyse | Laisser un commentaire

“ Psychologue dans un service de médecine ”

La pratique du psychologue sur des services de médecine s'élabore à partir de la rencontre avec des personnes souffrant d'affections somatiques. Ce lieu spécifique (l'hôpital), ce point d'appel qu'est le corps amènent le clinicien à repenser sa pratique (dispositif proposé) et le cadre théorique qu'il fait fonctionner...
Publié dans clinique, adulte, psychosomatique, psychanalyse | 1 commentaire

“ Les violences faites aux femmes? ”

La notion de violence est devenue d'usage fréquent, de telle sorte que s'est formée en nos esprits l'idée que celle-ci est à fois bien réelle, mais aussi en progrès. Mais de quoi s'agit-il, autrement qu'en termes de description? Parle-t-on en fait de quelque chose de défini, de consistant, de réel? Il se pourrait qu'à accréditer l'existence d'une chose en soi on n'en vienne à ressusciter l'une des images qui aura toujours le plus grand succès: la figure du diable.
Publié dans théorie, société et contexte, Lien social, psychanalyse | Laisser un commentaire

“ Le chemin de la lumière ”

A partir de l'image d'un évêque sortant de sa cathédrale, le propos va vers la réponse que l'on donne à une attente; l'interprétation qu'on lui propose, en quelque sorte. Mais, autant que la manière, importe l'ensemble des conditions où se forme cette réponse.
Publié dans théorie, adulte, (psycho)thérapie, psychanalyse | Réagir | Commentaires fermés

“ Henri-Jacques ”

Les mots hésitent à dire ce que peut être la présence lorsque point le moment de la mort. De quoi s'agit-il, et que se passe-t-il? On peut en tous cas tenter de raconter.
Publié dans témoignage, adulte, travail de soin, psychanalyse | Réagir | Commentaires fermés

“ Quelques réflexions et au-delà dans la marche vers l'institution ”

Le 10 février 007, l'association internationale d'histoire de la psychanalyse tenait une journée consacrée aux règles et statuts paraissant appelés à régir sinon la psychanalyse, tout au moins son environnement, psychothérapique en particulier. Un petit tour d'horizon de diverses situations en Europe suscita des échanges, simples, libres et assez spontanés. Mais on pouvait aussi trouver là un terrain d'inspiration pour s'interroger sur les conditions de la transmission de la psychanalyse. Ont-elles été influencées par le siècle? Et depuis quand? Tel est le point de départ de la réflexion.
Publié dans actualité, institution, formation, psychanalyse | Réagir | Commentaires fermés

“ portrait ”

Portrait d'une personne "taiseuse".
Publié dans théorie, adulte, psychopathologie, psychanalyse | Réagir | Commentaires fermés

“ L’éclair de nos terres ”

Ce texte est librement inspiré d'évènements réels. Il renvoie aux questions que se posent et rencontrent ceux qui vont vers des groupes de travail qui, à peu près dans tous les dispositifs de formation et toutes les "écoles", constituent une des faces d'accession à la psychanalyse. Ce type d'expérience conduit probablement aussi à faire des choix, dont des choix institutionnels.
Publié dans essai, adulte, formation, psychanalyse | Réagir | Commentaires fermés

“ Perverse ”

Un climat et un mouvement sont évoqués comme une esquisse
Publié dans poème, adulte, psychopathologie, psychanalyse | Réagir | Commentaires fermés

“ Faut-il croire au Père Noël ? ”

Intervention sur le thème : L'enfance en jeu.
Publié dans communication, enfant, pédiatrie, psychanalyse | Réagir | Commentaires fermés
Note : les textes sont présentés par ordre chronologique inverse (du plus récent au plus ancien).