accessibilité | contenu | menu
 
pas encore enregistré ? Inscription | mot de passe oublié ? | Aide
mon compte   connect
Ecrits Psy    

Écrits Psy

Type de texte : Pistes de réflexion, et invites

“ L'amour vache ”

La tendance antisociale décrite par D. Winnicott permet de porter un autre regard sur la violence conjugale.
L’auteur de violence serait une personne à tendance antisociale qui, ayant investi un objet, cherche à être contenu dans ses pulsions destructrices afin de pouvoir les vivre et ainsi connaître la culpabilité qui permettra de transformer la haine en sollicitude ce qui ouvrira les portes de la créativité. Mais l’objet, s’il n’exerce ni rejet, ni représailles échoue à se protéger. La transformation de la haine ne peut aboutir. Tout se passe comme si la personne à tendance antisociale avait trouvé la mère-objet, objet de haine et d’amour mais pas la mère-environnement, avec une possibilité de relation paisible.
Du côté de la victime, « l’absence de figure maternelle sûre pour recevoir le geste de réparation conduit à une perte de la capacité de sollicitude. Elle est remplacée par des formes primitives de culpabilité et d’angoisse. » Alors que l’enfant allait réaliser l’union de la haine et de l’amour, il régresse et occulte l’aspect destructeur qui devient un point aveugle. Il s’installe dans le don permanent et devient un objet de satisfaction. Il devient contre agressif tout en cherchant à l’extérieur un support de projection pour ses pulsions destructrices.
Dés lors on peut comprendre qu’une personne présentant des tendances destructrices soit psychologiquement une aubaine pour cet ex-enfant : c’est un bon support de projection de ses propres tendances destructrices et il y a de l’avenir pour la sollicitude et le dévouement.
Publié dans Pistes de réflexion, et invites, famille, (psycho)thérapie, psychanalyse | Laisser un commentaire

“ A propos des directives anticipées ”

L'affaire récente autour du cas de Vincent Lambert réactive le débat autour de la loi sur la fin de vie et plus particulièrement la question des directives anticipées... Ne nous éloignons-nous pas là des vraies questions ici soulevées?
Publié dans Pistes de réflexion, et invites, société et contexte, travail de soin, psychologie dynamique | Laisser un commentaire

“ De l’un aux autres : l’institution soignante. ”

Troisième et dernier volet de l'ensemble titré: de l'un aux autres. Il s'agit plus précisément ici de remettre le soin dans le cadre relationnel sans lequel il n'existe pas, abandonnant les êtres malades au seul devenir rationalisé.
Publié dans Pistes de réflexion, et invites, institution, travail de soin, théorie des groupes | Laisser un commentaire

“ De l'un aux autres: l'institution de soin ”

Deuxième de la série consacrée à l'institution, ce texte resserre un peu le propos sur la réflexion sur les établissements de soin; on peut en effet penser que cette vocation constitue par elle-même une contrainte puisque devrait être exclu ce qui contrarie le soin et favorisé ce qui y contribue. Bien que la visée concerne surtout la dimension psychique inévitablement associée à l'état de maladie, et ne se résume donc pas aux affections psychopathologiques, l'intention concerne l'entreprise de soin. C'est le troisième et dernier volet de cette série qui se consacrera électivement à ce qui ressortit du psychisme.
Publié dans Pistes de réflexion, et invites, institution, travail de soin, théorie des groupes | Laisser un commentaire

“ De l'un aux autres: l'institution et le soin ”

Le soin dans notre société est institutionnalisé de manière quasi absolue. Ce qui n'implique pas nécessairement de monolithisme des pratiques, ni la perte de la dimension individualisée. Mais alors, restent à penser les processus qui s'organisent, qui sont le premier vecteur de soin, en particulier en matière de psychopathologie. Ce texte est introductif d'une série, à venir, sur ce thème.
Publié dans Pistes de réflexion, et invites, institution, travail de soin, théorie des groupes | Laisser un commentaire
Note : les textes sont présentés par ordre chronologique inverse (du plus récent au plus ancien).